Pas sans pâques

Jésus à jérusalem

Avez-vous remarqué combien nous nous investissons sur Noël ? Nos rues sont flamboyantes et l’advenue de la technologie LED nous fait déculpabiliser d’une telle dépense si peu écologique ! Tous nos espaces célèbrent Noël, mais nous ne savons pas trop qui nous célébrons : la lumière, l’argent, ou Jésus, l’enfant pauvre qui naît dans une étable…

Où est passé Pâques ? Un chrétien peut survivre à une année sans Noël, mais pas à une année sans Pâques. Il n’y a que deux évangiles qui évoquent la naissance de Jésus, mais tous parlent de sa mort et sa résurrection. Pourtant, à part le triomphe du lobby chocolatier et une vague coïncidence de calendrier avec le printemps et ses montées de sève, il ne semble pas que Pâques soit vraiment fêté pour ce qu’il est : un triomphe improbable, une glorieuse expérience, une stupéfiante victoire de la vie sur la mort. Ce n’est pas rien. Des enfants qui naissent dans la pauvreté et le dénuement, il y en a malheureusement beaucoup, mais qu’un homme, Jésus, traverse la dernière échéance de l’existence sans que la mort n’arrive à le garder entre ses griffes, ça n’est arrivé qu’une fois pour l’instant. Quelle stupéfaction…

Alors on ne m’y prendra plus, s’il y a un temps que je fêterai, un seul temps qu’il me soit autorisé de célébrer, ce sera Pâques !

Gilles Boucomont

Facebook
Twitter
LinkedIn